www.balengou.org

site web de la diaspora balengou

Histoire

Un matin pluvieux  d’Avril 1951. Le roi Bana est en visite à Balengou. C’est un jour béni. Alors qu’il est annoncé, un éclair traverse le ciel. Plutôt deux fois qu’une! Des femmes  poussent des cris. Le peuple prend peur. Et si l’héritier….

C’est un Garçon en bonne santé qui vient au monde. Le roi est tout honoré. Il a apporté avec lui la certitude que Balengou survivra. La suite est des plus émouvantes. Il tient le nouveau né par les  jambes et le secoue vigoureusement. Puis, les mains levées vers le ciel, il lui donne un nom et un destin : «  tu l’appelleras Happi et un jour tu sera comme moi » six années après l’ascension  du bienheureux  prince au pouvoir, le roi Bana meurt paisiblement. La prophétie s’est réalisée.

Le peuple Balengou est originaire de Baleng, dans la Mifi. Pour avoir été écartés de la succession, deux princes baleng se rebellent et quittent le territoire, avec une partie de la population. Ils s’iinstallent à Bandjoun et créent un royaume. Nyandjo qui a cédé le trône à son frère se sent de plus en plus à l’étroit. Il décide de poursuivre sa route. Il s’arrête à Bamena, puis plus tard à Tchila. La terre y est fertile et la brousse plein d’animaux. Le roi l’adopte et  se prend d’affection pour ce jeune conquérant. Vingt-quatre  territoires tombent  sous sa conduite. Il est  nommé Ta’,  c’est à  dire chef des guerriers. Sous le prétexte qu’il protège le royaume, Nyandjo s’installe autour de Tchila. Bien entendu, il annexe Tchila, qui devient plutôt un quartier de Balengou. Le nouveau royaume. Depuis lors le premier notable est toujours un fils  Tchila. Il intervient lors de la prise des grandes décisions et assure l’intérim, en cas de vacances.

Les Balengous entendent parler des Allemands avant leur arrivée et se montrent prudents. En même temps que le chef souverain interdit tout contact avec l’homme blanc, il lui offre néanmoins de nombreux présents. Les rapports avec les Français sont loin d’être paisibles. Il se raconte que le roi Tchienkoua passera de longs et pénibles mois à  la prison de Dschang, tout simplement parce qu’il est arrivé en retard à la cérémonie du  juillet. Comme quoi…  Balengou a également eu maille partir avec les maquisards qui vont réduire le palais en cendres en 1959. C’est l’actuel souverain qui l’a reconstruit.  Il règne depuis quarante-deux ans et est né un matin pluvieux d’avril 1951… De là où il se trouve, le vieux roi Bana  doit probablement veiller sur lui.

FacebookMySpaceTwitterDiggDeliciousGoogle BookmarksRedditNewsvineLinkedinRSS FeedPinterest

Copyright © 2016. www.balengou.org All Rights Reserved.